latribuneducloud

Home » Tendances » Le cloud ne résout pas automatiquement les problèmes d’intégration

Le cloud ne résout pas automatiquement les problèmes d’intégration

Archives

Calendrier

April 2013
M T W T F S S
« Mar   May »
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
2930  

3 kpmg logoSi le Cloud se déploie au sein d’une grande majorité d’entreprises, son adoption nécessite un temps d’adaptation. Principal fait marquant : l’intégration de cette technologie doit aller de pair avec une refonte des processus clés de l’entreprise pour tirer profit des économies de coût informatique réalisées à court terme, et contribuer à transformer à long terme les modèles économiques. Telles sont les grandes lignes présentées par une étude réalisée par le cabinet KPMG.

Les ressources humaines (57 %), la gestion des processus informatiques (54 %) et la gestion des communications internes/externes (53 %) sont les fonctions dans l’entreprise qui ont été le plus largement intégré le Cloud. 48 % des entreprises interrogées considèrent la réduction des coûts comme la principale motivation pour passer au Cloud, suivie par la vitesse d’adoption de cette technologie (28 %). 7 entreprises sur 10 sont plutôt d’accord ou tout à fait d’accord pour dire que l’environnement Cloud a permis une réduction significative des coûts.

3 kpmg1

Pour les DSI, le choix de mettre en place une technologie Cloud est motivé à 52 % par la réduction des coûts et à 34 % par la rapidité de déploiement de cette technologie. Si ces deux objectifs sont très largement partagés par les directions générales, elles attendent également du Cloud une capacité à accompagner la transformation de leur modèle économique (24 %) et à renforcer leur interaction avec leurs clients (21 %). Les bénéfices des solutions Cloud seront d’autant plus tangibles et conséquents que le déploiement aura été mené en tandem avec une redéfinition des organisations et des processus opérationnels.

Une intégration plus complexe que prévue

L’adoption du Cloud s’avère plus complexe qu’elle ne l’était envisagée au départ, en termes de gestion des données, d’intégration de systèmes et de gestion des multiples fournisseurs de contenus. Plus d’un tiers des entreprises interrogées estiment que les coûts de mise en place d’un projet Cloud ont été plus élevés que prévu. 31 % ont rencontré des difficultés de mise en oeuvre pure quant à l’intégration de ces nouveaux processus avec l’architecture existante. 30 % soulignent la perte de données ou de contrôles sur ces données.

Le risque majeur exprimé par 30 % des entreprises interrogées reste celui de la perte ou de la corruption des données. 26 % citent les risques de sécurité au sens large et 21 % les risques de violation de la propriété intellectuelle. Mais contrairement à 2011, la sécurité n’est plus considérée comme le principal frein au développement du Cloud, les entreprises s’estimant mieux préparées pour y faire face. Plusieurs entreprises interrogées montrent leur confiance grandissante dans la sécurité du Cloud : plus d’une entreprise sur trois envisagent d’adopter le Cloud dans les 18 prochains mois dans des fonctions comme le Procurement, Supply Chain, Finance ou encore Business Intelligence.

La réglementation est un défi plus ou moins complexe à relever pour la plupart des entreprises interrogées, selon les secteurs d’activité. Les secteurs plus préoccupés par cet enjeu sont les commerces et la restauration (40 %), les universités (25 %) et la finance (23 %).


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: