latribuneducloud

Home » Le monde des affaires » Comment Dell va-t-elle sortir de la zone de turbulence ?

Comment Dell va-t-elle sortir de la zone de turbulence ?

Archives

Calendrier

March 2013
M T W T F S S
« Feb   Apr »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728293031

27 Dell logoEn ayant annoncé qu’il souhaitait retirer son groupe de la bourse et l’extraire de ses aléas, Michael Dell a peut-être ouvert la boite de Pandore et fait entrer sa société dans une zone d’incertitude encore plus grande. Dans un communiqué on ne peut plus laconique, la société explique avoir reçu deux offres concurrentes qu’elle allait examiner.

C’est en février dernier que Michael Dell avait annoncé que, épaulé du fonds Silver Lake et de Microsoft, il comptait racheter le groupe pour un montant de 24 milliards de dollars représentant un montant de 13,65 dollars par action.

Les offres émanent de l’investisseur Carl Icahn et du fonds d’investissement Blackstone et seraient toutes les deux supérieures à celle de Michael Dell ce qui pourrait le pousser à revoir les conditions de l’offre ou purement et simplement à abandonner son projet de se retirer des marchés financiers.

L’offre de Blackstone est menée par Dave Johnson, un IBMer embauché par Michael Dell en 2009 pour prendre en charge la stratégie d’acquisition qu’a mis en œuvre l’entreprise depuis cette date pour se diversifier de l’activité historique du PC pour embrasser le logiciel et les services. Pendant ces années, Dave Johnson a supervisé une vingtaine d’entreprises pour quelque 10 milliards de dollars dont celle de Perot Systems qui a propulsé Dell dans le monde des services et l’a transformé en concurrent direct d’IBM et d’HP. Dave Johnson a quitté Dell il y a quelques mois pour rejoindre le fonds d’investissement Blackstone. Inutile de dire qu’il doit posséder des informations précieuses pour mener à bien son attaque contre la firme texane.

Résultat à très court terme de ces manœuvres, le cours de l’action Dell a gagné près de 3 % pour dépasser le seuil des 14,50 dollars. Certains investisseurs voient ces offres alternatives d’un bon œil dans la mesure où il pourrait empocher une certaine plus-value ou, au contraire, limiter ses pertes. C’est le cas de Southeasthern Asset management, un des plus grands actionnaires, qui avaient acheté l’action Dell à un court moyen de 16,90 dollars.

Dell voulait quitter la bourse et ses comportements erratiques motivés par des gains à court terme plutôt que par une réelle stratégie destinée à valoriser l’entreprise sur le long terme. Il se trouve désormais face à des prédateurs de poids dont les objectifs ne sont pas fondamentalement différents. Dell en sortira-t-il stabilisé ? Rien n’est moins sûr.


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: