latribuneducloud

Home » Livres blancs » Pour un « New Deal » numérique

Pour un « New Deal » numérique

Archives

Calendrier

February 2013
M T W T F S S
« Jan   Mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

28 institut Montaigne1Le numérique ne peut plus être envisagé comme un segment de l’économie ou une filière autonome des autres : il est avant tout un enjeu transversal et capillaire, source de croissance pour l’ensemble de l’économie et de compétitivité pour les entreprises sachant l’exploiter dans leur chaîne de valeur. Et sur ce point, considéré comme segment économique ou comme utilisation des technologies, la France n’est très bien placée. Entre 1980 et 2008 l’économie numérique a contribué à 37 % de la croissance du PIB des États-Unis, 32 % de celle de l’Allemagne, 27 % de celle du Royaume-Uni et seulement 26 % de celle de la France sur la même période.

Et dans la période actuelle, il est indispensable d’aller chercher le moindre point, voire dixième de point de croissance alors que les prévisions de croissance sont négatives dans presque toute l’Europe occidentale. Le numérique doit être une planche de salut, c’est en tous cas le message que distille La dernière publication de l’Institut Montaigne,  Pour un “New Deal” numérique,  pilotée par Gilles Babinet, Digital Champion auprès de la Commission européenne, et qui formule dix propositions pour faire de la France un acteur majeur de la transformation numérique.  L’expression New Deal qui se réfère aux mesures prises par Franklin Roosevelt n’est pas vraiment adaptée. Certes ce New Deal Numérique intervient après une forte crise, mais concerne un secteur en plein développement et des technologies qui ne demandent qu’à être utilisées.

Ce rapport fait suite à celui d’Eurocloud intitulé Le cloud, levier stratégique de l’industrie numérique en France, qui formulait trois propositions pour une diffusion plus rapide du cloud.

 

L’étude de l’Institut Montaigne  envisage trois leviers principaux pour initier ce changement et lister dix propositions concrètes :
– Le financement de l’innovation,
– La modernisation de l’action publique
– et enfin une véritable rupture dans les secteurs de l’éducation et de la santé, domaines dans lesquels la révolution numérique doit s’opérer en priorité.

La proposition n°4 concerne la mise en place d’un portail d’applications dans le cloud à destination des PME et montre que le chemin vers les nouvelles technologies est encore long à parcourir. Si l’utilisation des technologies web s’est largement répandue, les entreprises françaises sont encore loin d’avoir saisi l’opportunité que représentent les nouvelles technologies numériques. Ainsi en 2009, si 96 % des entreprises françaises sont connectées à Internet, seules 54 % d’entre elles ont créé un site, 32 % disposent d’un extranet et 11 % pratiquent le partage électronique d’informations avec leurs clients ou leurs fournisseurs

De plus, le cloud computing est encore une pratique émergente pour les dirigeants de TPE et de PME qui déclarent à 69 % et 57 % respectivement ne pas connaître du tout cette technologie. Parmi les dirigeants qui déclarent connaître le cloud, près des deux tiers ne le considèrent pas comme un outil de croissance.

Confier à l’Agence pour la création d’entreprises (APCE) le développement d’un portail d’applications en Saas spécifiquement dédiées aux PME afin d’accélérer significativement l’adoption des nouvelles technologies comme les agendas partagés, les systèmes financiers en ligne et les bases de connaissances métiers. L’opportunité de développer ce type de « magasin d’applications » est d’autant plus grande que les canaux de distribution pour les offres en cloud sont actuellement dépendants d’acteurs américains et mal adaptés

Dans une démarche comparable concernant le secteur public (proposition n°7), le rapport préconise la mise en place d’un « Appstore » ou magasin contenant des applications libres, permettant leur réutilisation (moyennant finance) mais aussi leur adaptation grâce à l’accès au code source, devrait être accessible pour tous les agents des collectivités locales. Si l’application recherchée n’existait pas encore, la collectivité la développerait pour ensuite la mettre à la disposition d’autres administrations. En cas de réutilisation, elle bénéficierait d’une partie des revenus générés.

Afin de garantir la rationalisation des systèmes informatiques des administrations françaises, il conviendrait qu’une administration centrale développe le « magasin d’applications » évoqué. Ce projet ne sera effectif que s’il se double d’une incitation forte pour les collectivités à ne plus développer d’applications qui n’auraient pas la forme d’un Saas d’ici à 2016

Télécharger cette publication
Télécharger les propositions opérationnelles
Télécharger le résumé

LES DIX PROPOSITIONS DU RAPPORT

Levier 1 : Le numérique facteur de croissance et de compétitivité
1. Aménager l’environnement économique et fiscal
2. Créer des réseaux d’entreprises françaises à l’international et encourager la mobilité des acteurs
3. Concentrer et prioriser les pôles de compétitivité
4. Mettre en place un portail d’applications dans le cloud à destination des PME

Levier 2 : Le numérique au service de l’action publique
5. Former les élus et les fonctionnaires au numérique
6. Mettre l’open data au service de l’action publique et développer l’identité numérique des citoyens
7. Rationaliser le développement des outils numériques dans les collectivités locales

Levier 3 : L’éducation et la santé, deux domaines d’excellence prioritaires
8. Favoriser l’expérimentation du numérique à l’école et évaluer son impact sur les résultats des élèves
9. Répondre aux besoins de main-d’œuvre dans le domaine du numérique
10. Réussir la mise en place du Dossier Médical du Patient


1 Comment

  1. […] Cette affichage ne semble pas avoir convaincu tout le monde. Il y a quelques jours, le Collectif du Numérique, une association qui regroupe 21associations professionnelles des usages et des pôles de compétitivité du numérique,  appelait le Gouvernement à mettre « l’avantage numérique » de la France au cœur de ses priorités.  Il souhaitait rappeler les enjeux de la politique en faveur du développement du numérique et de ses usages, parce qu’il est le levier de la modernisation de l’économie, qu’il permet l’émergence d’entreprises de taille internationale, qu’il crée des emplois qualifiés, qu’il participe à la modernisation de l’Etat et à l’amélioration de la vie de nos concitoyens. Une idée que distille le Rapport que vient de publier l’Institut Montaigne intitulé Pour un « New Deal » numérique. […]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: