latribuneducloud

Home » Tendances » L’Europe des télécoms mobiles à l’arrêt

L’Europe des télécoms mobiles à l’arrêt

Archives

Calendrier

February 2013
M T W T F S S
« Jan   Mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

25 MWCLe Mobile World Congress (MWC) qui s’est ouvert ce matin à Barcelone donne le ton des évolutions technologiques dans le secteur et est l’occasion pour les fournisseurs de faire leurs grandes annonces. Organisé d’abord sous l’appellation GSM World Congress, puis 3GSM World Congress, ce salon se tient en Europe, d’abord à Nice à partir de 1987, puis à Barcelone de 2006.

Cet ancrage de ce salon sur le Vieux continent s’explique par son avance au tout début des télécoms mobiles. Cette avance avait été rendu possible par une harmonisation européenne notamment autour de la norme GSM qui avait permis d’éviter la fragmentation. Mais aujourd’hui, à l’instar de l’économie en général, le marché européen des télécoms mobiles marquent le pas face à ses concurrents américains et asiatiques. Nokia qui fut un temps au Zénith a raté le virage des smartphones laissant la place à des concurrents plus actifs comme Apple et Samsung.  Il reste aujourd’hui, le seul opérateur du Top10 et encore il se situe au dixième rang des fournisseurs de smartphones.

Du côté des opérateurs, la situation n’est guère plus brillante avec un retour à la fragmentation qui affaiblie les opérateurs, réduit leurs marges et leur capacité d’investissement et aplatit leur valorisation boursière  les transformant en proies faciles. Sur un marché de 500 millions d’habitants, on dénombre quelque 140 opérateurs là où China Mobile fait état de plus de 700 millions d’abonnés et Verizon Wireless et AT&T se partagent 70 % des 300 millions d’utilisateurs américains.

Résultat, la capitalisation boursière de China mobile qui est d’environ 166 milliards € n’est pas si éloignée de celle des 5 premiers opérateurs européens  (204 mds €) : Vodafone, Telefonica, Deutsche Telekom, France telecom et Gruppo Telecom Italia. La valorisation des opérateurs européens est égale à environ 10 fois leurs résultats nets alors que le rapport avoisinent les 18 pour leurs concurrents américains.

Au-delà de la fragmentation du marché, d’autres causes expliquent cette faiblesse grandissante qui est préoccupante. Pour Stéphane Richard, la régulation imposée par Bruxelles n’a eu d’autres préoccupations que la baisse des prix et le court terme. Il est urgent de créer un vrai marché unique des télécoms s’insurge le patron de France Télécom. Car pour l’heure, les investissements pour l’Internet très haut débit motorisé par la 4G est tout à fait insuffisant, infinitésimal a affirmé Stéphane Richard.

Du coup, les opérateurs américains qui étaient plutôt en retard sur le plan technologique prennent de l’avance et là où les performances se sont améliorées Outre-Atlantique, les utilisateurs européens subissent une détérioration de la qualité. C’est là un sujet de préoccupation qui pourrait avoir un impact négatif sur l’économie et la compétitivité des entreprises tant la numérisation en constitue aujourd’hui un des facteurs principaux.


1 Comment

  1. […] mobile haut débit, autrement la 4G, se développe rapidement, l’Europe semble être en panne (L’Europe des télécoms mobiles à l’arrêt) et incapable de tirer profit d’une technologie qui pourrait doper la croissance économique du […]

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: