latribuneducloud

Home » Tendances » Pour Accenture, la convergence des technologiques accélère le passage au numérique

Pour Accenture, la convergence des technologiques accélère le passage au numérique

Archives

Calendrier

February 2013
M T W T F S S
« Jan   Mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

Le rapport Vision technologique 2013 que vient de publier Accenture indique d’une part que toute entreprise est aujourd’hui numérique du fait de l’omniprésence de la technologie dans la quasi-totalité de ses activités et, d’autre part, que tous les membres de la direction générale, outre le DSI, doivent être capables de comprendre, d’adopter et d’exploiter les nouvelles technologies qui façonnent leur organisation. Ne serait-ce que parce que ces nouvelles technologies pourraient demain révolutionner jusqu’au modèle économique même de leur entreprise ou de leur secteur d’activité.

Capitaliser sur la technologie pour améliorer la relation clients
La technologie permet une compréhension plus fine que jamais des attentes des consommateurs ; pourtant, la plupart des entreprises n’en profitent pas suffisamment pour approfondir et enrichir les relations avec les clients, se privant ainsi de la possibilité de renforcer sensiblement leur fidélité. Si le développement de l’informatique mobile, des réseaux sociaux et des services contextualisés s’est traduit par une multiplication des contacts avec les consommateurs, il s’est également trop souvent traduit par une perte de proximité avec le client pour bon nombre d’entreprises. Cette connectivité accrue est parfois vécue comme un simple vecteur de communication ou de transaction, non comme un levier d’optimisation potentielle de la relation.

Articuler le développement applicatif autour de l’analytique pour obtenir les « bonnes » données
La plupart des applications d’entreprise actuelles sont conçues pour une tâche spécifique et ne collectent que les données nécessaires à son accomplissement. Pour prendre leurs décisions stratégiques, les entreprises s’appuient sur les données existantes, mais celles-ci se révèlent souvent parcellaires. Faute d’avoir tenu compte d’aspects importants lors de la conception des applications, elles n’ont pas toujours accès aux informations pertinentes dont elles ont besoin. Elles doivent donc adopter une approche plus dynamique que statique des données, en se posant d’emblée les bonnes questions, puis en orientant la conception des applications en fonction des données qu’elles en attendent.

Exploiter la « vélocité » des données
Les données obéissent aujourd’hui à la règle des trois « V » : variété, volume, mais aussi vélocité. Avec l’essor de la mobilité et la généralisation des technologies de l’information, les entreprises se montrent de plus en plus exigeantes par rapport à la rapidité d’accès aux données et à la connaissance qu’elles peuvent en retirer. Parallèlement, un flot de nouvelles technologies – stockage de données à haut débit, informatique in-memory, analytique avancée, interrogation de bases de données en temps réel – accélère l’ensemble du cycle des données, de la connaissance à l’action, tout en améliorant l’aptitude des entreprises à gérer la vélocité accrue des données. À l’heure où l’utilisation des données va en augmentant et où l’aptitude à les convertir plus rapidement en connaissance exploitable joue un rôle croissant dans la compétitivité des entreprises, les compétences en collecte et analyse de données gagnent également en importance.

Donner une dimension « réseau social » à l’entreprise
L’omniprésence de réseaux sociaux comme Facebook et Twitter et d’outils vidéo en ligne comme Skype et Google+ Hangouts a radicalement transformé la communication entre les internautes. En intégrant des outils collaboratifs de ce type à ses processus métier, l’entreprise peut tabler sur une augmentation de la productivité de salariés toujours plus à l’aise avec les médias sociaux. Il n’est pas nécessaire d’en appeler à leur fibre « socialisatrice » pour que la collaboration fonctionne : l’important est d’ancrer l’activité et les processus dans une logique de réseau social.

Franchir la dernière étape de la virtualisation grâce au SDN (Software-Defined Networking)
Canaliser les flux d’informations dans l’environnement numérique d’aujourd’hui – où applications, systèmes, réseaux et canaux de communication sont en perpétuelle mutation – constitue l’un des principaux enjeux de l’informatique d’entreprise. Alors que la virtualisation des serveurs, des dispositifs de stockage et d’autres pans de l’infrastructure informatique a conduit à un niveau de flexibilité sans précédent, les réseaux sont dans une large mesure restés à l’écart du mouvement.

Passer à l’offensive dans le domaine de la sécurité
En dépit de progrès récents dans les technologies de sécurité, la protection de l’entreprise numérique reste toujours un défi. Avec la prolifération des équipements et des systèmes, l’augmentation du nombre d’intervenants et l’expansion des infrastructures, les points de vulnérabilité se multiplient. Résultat : pour être optimale, la sécurité informatique doit aller au-delà de la simple prévention ; c’est en prenant conscience des attaques auxquelles elle est exposée que l’entreprise pourra les anticiper.

La priorité, pour les DSI, est donc double : il leur faut non seulement rester au fait des dernières évolutions en matière de sécurité, mais également apprendre à mieux connaître et combattre leurs adversaires et à moduler les défenses de l’entreprise en fonction du danger encouru.

Préparer l’entreprise au cloud
Présentes partout et appelées à perdurer, les technologies qui sous-tendent le cloud offrent de multiples avantages. Elles constituent un levier de différentiation pour l’entreprise, tout en contribuant à accélérer le lancement de produits et services sur le marché, à améliorer l’efficacité opérationnelle et à renforcer la réactivité face à l’émergence de nouveaux enjeux et opportunités. La question à se poser n’est pas tant « pourquoi les utiliser ?», mais bien « comment » ? De nombreuses entreprises s’attachent déjà à intégrer des capacités cloud à leurs systèmes internes et applications traditionnelles pour créer des environnements hybrides.

Une initiative qui exige une parfaite compréhension, doublée d’une vision claire, des compétences, de l’architecture et des règles de gouvernance et de sécurité requises dans le cloud, quel que soit le domaine concerné – applications, plates-formes ou infrastructure informatique.


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: