latribuneducloud

Home » Tendances » Les Directions fonctionnelles ont-elles encore besoin de la Direction informatique ?

Les Directions fonctionnelles ont-elles encore besoin de la Direction informatique ?

Archives

Calendrier

February 2013
M T W T F S S
« Jan   Mar »
 123
45678910
11121314151617
18192021222324
25262728  

Les Directions informatiques sont de plus en plus challengées par les Directions fonctionnelles, nouveaux instigateurs de l’innovation dans l’entreprise. Toutefois, elles ont un important rôle à jouer dans l’orchestration de l’innovation, en s’inscrivant d’avantage dans les processus d’exécution et en justifiant la valeur ajoutée qu’elles apportent.

Avec la maîtrise par les Directions fonctionnelles des technologies numériques  – Cloud, Big Data, réseaux sociaux – et le développement de nouvelles pratiques telles que l’Open Innovation, les départements informatiques n’ont plus la main mise sur l’innovation dans l’entreprise.   Le financement des projets innovants est désormais pris en charge majoritairement par les directions fonctionnelles  (54% contre 46% par les Directions informatiques)

C’est ce que montre les résultats d’une enquête sur l’innovation réalisée par IDG et commanditée par CA Technologies auprès de 800 professionnels (Directeurs Informatiques, et Décideurs Fonctionnels) évoluant dans de grandes entreprises du monde entier.

Les résultats de l’enquête démontrent par exemple que si seulement une personne interrogée sur deux considère que l’innovation est un élément bien maîtrisé par son entreprise (48%), 20% la considèrent comme un élément minime voire inexistant (pour 4% elle en est même totalement absente).

Par ailleurs, les entreprises les plus innovantes considèrent que des processus et structures bien établis forment un élément critique pour capitaliser sur l’innovation : avoir une bonne idée, c’est bien, mais l’exécuter c’est mieux. Ainsi, elles appliquent l’innovation aux domaines de l’analyse et de la planification (67%), des processus et de la structure (56%), plutôt que de l’expérimentation (50%) et de l’exploration (48%). En temps de crise, les entreprises privilégient l’action et les réalisations concrètes (l’exécution) plutôt que la réflexion.

Moteurs, freins et domaines d’application de l’innovation

Par miles principaux moteurs de l’innovation, la satisfaction des clients apparait en tête des priorités des entreprises (pour 71% des entreprises où l’innovation est partie intégrante de la culture d’entreprise et pour 48% de celles où l’innovation est minime ou inexistante).

En revanche, le manque de budget et de ressources reste le principal obstacle à l’innovation. Les entreprises n’investissent pas sur de nouveaux projets, mais sur l’optimisation de l’existant : 37% du budget IT sont aujourd’hui consacrés à la délivrance de nouveaux services, contre 63% dédiés à la maintenance de l’infrastructure existante. L’une des priorités des DSI doit donc être d’identifier des moyens pour consolider, rationaliser et automatiser des processus afin d’allouer à l’innovation les ressources ainsi libérées.

Enfin, les entreprises innovantes ne craignent pas de déployer des nouvelles technologies, au contraire, elles savent comment en tirer le meilleur parti pour dégager un avantage tangible. Ainsi, l’innovation concerne le plus souvent des évolutions technologiques (46%), les services (43%) et la conception (40%) ; pour des bénéfices tangibles : amélioration de la satisfaction client, accélération des délais de mise sur le marché, conquête de nouveaux marchés, amélioration de la profitabilité et accroissement des parts de marché.

Avec le Cloud Computing, les Directions fonctionnelles ont désormais les moyens d’innover, sans forcément faire appel aux compétences techniques de la DSI. Les départements informatiques ne sont clairement plus les seuls acteurs de l’innovation dans l’entreprise.

Si 63% des budgets informatiques sont aujourd’hui alloués à la maintenance des systèmes existants, seulement20% sont directement imputés au financement de l’innovation. Celui-ci est désormais pris en charge majoritairement par les directions fonctionnelles (54% contre 46% par les Directions informatiques), ce qui confirme le fait que l’innovation n’est plus le domaine réservé de la DSI (ce constat rejoint l’étude de Gartner de 2011 qui dévoile que d’ici 5 ans, les Directions marketing disposeront d’un budget informatique plus important que celui de la Direction informatique). Mais s’il n’est plus le seul acteur de l’innovation, le DSI doit en devenir l’orchestrateur.

Pourtant, l’importance du rôle du département informatique est en général sous-évaluée par les hauts-dirigeants : pour 22% d’entre eux le département informatique ne joue aucun rôle dans l’innovation, 16% pensent que son rôle est minime et 11% indiquent même que la DSI forme une barrière à l’innovation.

Situation de la France face aux autres pays

Si la situation française peut apparaître problématique, la comparaison avec d’autres pays offre des constats plus rassurants. En effet, l’innovation fait l’objet de processus formels et structurés dans 19% des entreprises françaises contre 8%des entreprises aux Etats-Unis, 15% au Japon et 14% en Allemagne ; et l’innovation est largement encouragée et mise en pratique  dans 49% des entreprises françaises contre 20% aux Etats-Unis, 37% au Japon et 44% en Allemagne.

Parallèlement, les français semblent plus sensibilisés aux bénéfices apportés par l’innovation dans des domaines opérationnels : si 66% des entreprises françaises ont pour priorité stratégique l’anticipation des besoins des clients, contre 49% des britanniques, 46% des allemandes, 39% des américaines et 64% des japonaises, pour les françaises, les principaux facteurs de développement de l’innovation sont le besoin de conserver leur avantage concurrentiel (31%) et d’attirer de nouveaux clients (29%), alors que pour les allemandes, c’est plutôt la disponibilité de nouvelles technologies suscitant une rupture (30%) et pour les américaines, l’évolution des besoins des clients (37%), qui sont à l’origine de l’innovation.

Enfin, si les DSI des pays européens et du Japon considèrent majoritairement l’innovation comme très importante, seuls ceux des Etats-Unis la considèrent comme critique (43%) pour le développement de leurs entreprises.


Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: