latribuneducloud

Home » Tribunes » Avec Graph Search, Facebook accentue son offensive face à Google

Avec Graph Search, Facebook accentue son offensive face à Google

Archives

Calendrier

January 2013
M T W T F S S
« Dec   Feb »
 123456
78910111213
14151617181920
21222324252627
28293031  

Google est le web des documents, quelle que soit leur forme : texte, audio, vidéo, …, Facebook est le web des gens. Mais les deux entreprises ont le même business model avec des revenus provenant principalement de la publicité et non des utilisateurs eux-mêmes. De telle sorte que tout développement a pour objectif ultime de dégager des revenus publicitaires supplémentaires. Imaginons une boulangerie qui ne vendrait pas directement ses viennoiseries à ses clients, mais les feraient sponsoriser par des fournisseurs poussant ainsi les consommateurs à manger non pas un pain au chocolat par  jour mais autant que leur estomac le permettrait. Si Facebook ou  Google était des services payants, même à prix modiques, il est vraisemblable que leur succès serait beaucoup plus limité.

Facebook livre dont une bataille avec Google pour obtenir une part plus importante des revenus du Web. Avec son moteur de recherche, Google est devenu un géant d’environ 50 milliards de dollars de chiffre d’affaires en 2012. Pour Google, le Web est un terrain qui doit être complètement accessible à ses crawlers pour indexer de plus en plus de documents. Mais certaines zones restent des boîtes noires qui lui sont totalement inaccessibles. C’est en particulier le cas de Facebook qui n’arrête pas de grossir et de retenir l’attention des internautes (qui représenterait entre 20 et 30 % de leur usage). Et qui donc constitue un véritable cauchemar pour Google. Et la seule limite des internautes est le temps.

Facebook lance Graph Search, un moteur de recherche permettant non pas d’explorer le web, mais le seul espace d’échange géré par la société éponyme et qui est présenté comme « d’une nouvelle façon de gérer ses connexions sur Facebook et de les rendre plus utiles pour découvrir des personnes, des photos, des lieux ou encore des centres d’intérêts qui correspondent à l’internaute ».

Disponible pour le moment uniquement à certains utilisateurs en langue anglaise US, les utilisateurs peuvent d’ores et déjà s’inscrire sur la liste d’attente sur www.facebook.com/graphsearch

La recherche dans le graphe (« Graph Search ») et la recherche sur le web sont très différentes, explique Facebook. Avec la recherche dans le graphe (Graph Search), il est possible d’associer de simples phrases (par exemple, « mes amis de New York qui aiment Jay-Z ») pour retrouver l’ensemble des personnes, lieux, photos et autres contenus qui ont été partagés sur Facebook.

D’un point de vue technique, La recherche dans le graphe (Graph Search) représente un véritable défi en raison des nombres concernés : plus d’un milliard d’utilisateurs, plus de 240 milliards de photos et plus de 1000 milliards de connexions entre les utilisateurs.

« La nouvelle fonction serait consciente des critères de confidentialité » a explique Mark Zuckerberg lors de la conférence de presse : « l’internaute qui la lance la recherche ne se verra proposer que les contenus que leur auteur a accepté de partager avec lui ». Mais on peut avoir quelques doutes tant la tentation est grande de fournir des résultats les plus riches possibles. C’est une sorte d’opt in : Je ne ferme pas la porte de la maison mais ce n’est pas une raison pour que tout le monde vienne fouiller dedans. D’autant qu’une proportion importante d’utilisateurs ne savent pas vraiment régler leurs règles de confidentialité. Et Facebook va essayer de mobiliser les internautes de s’exposer le plus possible sur le web en laissant passer le message subliminal : si vous ne le faites pas, vous allez peut-être passer à côté de quelque chose.

Cette offensive de Facebook assombrit un peu plus le cauchemar de Google qui voit avec horreur la migration des internautes des ordinateurs vers les smartphones car les fabricants de tels appareils, principalement Apple, ne montrent aucune volonté d’intégrer les publicités Google dans leurs systèmes, à commencer en raison d’un écran dont l’espace est mesuré. Google a réussi à contrecarrer cette difficulté en développant Android, son propre système d’exploitation pour smartphone et disponible à tous les fournisseurs.

Pour corser un peu plus le problème, Facebook s’est associé à Microsoft et son moteur de recherche avec une inégalité simple : Graph Search + Bing est supérieur au moteur de recherche Google. Ce dernier a déjà investi lourdement dans les réseaux sociaux, mais malgré tous les efforts déployés, les résultats de Google+ sont assez médiocres. Facebook est plus dangereux qu’Apple car si ce dernier tire la partie de ses revenus des ventes de ses produits, le réseau social vise directement le même gâteau que Google.


1 Comment

  1. Broderick says:

    i actually luv these types of e cigs

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s

%d bloggers like this: